Inscription

<<World 1KM DIMIN-Dialogue par le sportC>>

Programme provisoire Lausanne 2018 : ici

Inscriptions et reservations : ici

Ouverture procedure de candidature

<<World 1km DIMIN - Dialogue par le sportC>>

Afrique 2020 : (à venir) ici

Face à toutes ces questions, la solution pour nous c’est l’analyse de notre univers, mais n’est-il pas absurde d’analyser cet univers ? Puisque la simple observation, nous montre dans ce monde d’une part des Hommes qui errent, toujours en recherche, et qui, dans les inévitables épreuves de la vie, ressentent avec angoisse un manque, un besoin d’aide et se sentent orphelins, et d’autres part, le soleil qui brille pour tou(e)s, qui ne demande qu’à user de ses rayons, de sa toute puissance pour exaucer les désir et répondre aux besoins. C’est comme un vide qui appelle un<<plein>> et un <<plein>> qui réclame un vide. Cependant, les deux ne se rencontrent pas. À partir de quel référentiel allons nous établir la rencontre ? Comment faire pour que le résultat de la synthèse reçoive l’assentiment de chacun ? Est-il possible d’avoir l’adhésion de tous ? Pourtant c’est bien elle qui tourne autour du soleil, pourtant nous savons que le chien à quatre pattes, mais il ne peut suivre deux chemins à la fois. Pourtant nous ne pouvons demander au sel d’être sucré et au sucré d’être salé.( Pourtant le nombre d’années d’un morceau de bois dans l’eau ne lui prédestine pas à devenir caïman). Pourtant cultures, valeurs et modes de pensées sont différentes. Nous ne pouvons vivre dans un monde animé par la pensée unique. Nous devons vivre dans un échange multiculturel en sachant qu’il y a plusieurs référentiels important et nécessaire pour l’évolution de notre planète. Si cette différence n’existait pas, les cultures et la planète disparaîtraient. Les différences doivent être une richesse et non un poids qui nous écrase puisque c’est avec du vieux qu’on fait du neuf.

Pourtant nous savons qu’un mot n’a de signification que dans une phrase, une phrase n’a de sens que dans un contexte précis, une phrase dans un contexte précis n’a de signification que dans un référentiel donné, une phrase dans un contexte précis dans un référentiel donné n’est compréhensible que par rapport à une sphère géostationnaire, qui elle même dépend de nos valeurs, nos convictions, du mouvement et du temps. Ha, que tout cela est compliqué ?

La question est de savoir qui, quant et comment on définit la sphère géostationnaire, le référentiel, le contexte et surtout comment on construit la phrase et le mot ? Encore un mystère ?

Pourtant les Hommes interprètent à tout moment nos actes, nos paroles selon leur culture, leur carte mémoire, leur référentiel et leur formation.

Pourtant, beaucoup vont interpréter le sens de ce message, alors que nous pouvons ensemble simplement dire:

<<La vie est un choix, quelque soit ton handicap et les difficultés, tu dois choisir. Avec la confiance en toi, l’humilité, le respect, l’écoute active tout devient possible puisque la bonté de l’homme est une flamme qu’on peut cacher, mais qu’on ne peut jamais éteindre. Le vrai message c’est l’amour du prochain, mais ceci passe par l’amour de soi, quand tu donnes aux autres c’est toi qui reçois. Mais les questions qui surgissent à l’esprit sont celles de savoir : comment donner et comment recevoir? Qu’est ce que tu fais d’utile de ta vie, d’où venons nous ? Où allons nous ? Qu’avons-nous fait pour les autres, pour notre pays et pour notre planète aujourd’hui ? Nous devons ensemble créer les conditions fondamentales, aider les Hommes, Enfants et Femmes du monde à détecter et mobiliser leurs ressources. Les Humains apprennent à haïr au cour de leur existence, s’ils peuvent apprendre à haïr, on peut les aider et donner les moyens, enseigner à aimer, car l’amour naît plus naturellement dans le cœur de l’Homme que son contraire. Cet apprentissage permettra de prendre la bonne décision, de donner un sens à leur existence ayant pour corollaire la mitigation des catastrophes et des guerres, l’avènement d’un monde multiculturel et en paix>>.

 

                                Charles Djomo

                                Fondateur AIPRECAS